La Femme Que J’ai Tant Voulu

La femme que j’ai voulu
Elle n’existe plus
L’avoir je ne peux
Si elle existait
Elle ressemblerait
A l’amour, a l’honnetete
Sa peau aurait le parfum
De la terre mouillee
Apres la pluie d’ete

Sa voix me bercerait
En l’ecoutant je m’endormirais
Sans angoisse reverais

Ses mains souvent me carreseraient
Son visage parfois se pencherait
Ses yeux toujours me reconforteraient
Sa bouche jamais de reproches me ferait

La femme que j’ai voulu
Qu’elle existait longtemps j’ai cru
Je l’ai reve, cherche, supplie
Mais elle etait trop occupee
Surtout a me comparer
A mon pere, soit au pire
Pour me voir et me sourire

la femme que j’ai voulu
Que je n’ai jamais eu
Pour mon crime m’a fait payer
A mon pere ressembler
Cette femme m’a prive
De toutes les autres femmes
Memes si j’en ai eu plusieurs
Elle a provoque mon malheur
Elle a forge ma vie sur la peur
De l’abandon et de la separation

Cette femme est morte dans mes bras
Le 14 fevrier 1993 a Toulouse
C’etait ma Mere

© Antoine Cappelleri, (son fils)

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s