La Vieille Maison

La maison de Mémé
Cette vieille maison
si fraiche en été
si froide en hiver

La maison de Mémé
ou l’on passait les étés
Comme je l’aimais

Pour faire ses besoins
On courrait au jardin
La nuit c’etait pas rien

Devant la cheminée
Pépé nous racontait
des histoires a faire pipi au lit
des histoires de Pimpilili

La maison de frouzins
s’éface de ma mémoire
Dans cette vie dérisoire
je veux sortir de l’armoire
tous ces vieux fantomes
maintenant je suis un homme

Toujours ton souvenir
éfface toutes mes peurs
je voudrais pouvoir revenir
a ces temps ou tu séchais mes pleurs

Tu aimais tant les fleurs
Toi qui a passé un vie de douleur
Ta vertue était la douceur
Toi Mémé Faustina

Je pleure sur cet enfant
Que toi tu aimais tant
Toi ma seconde Maman
Toi mon premier Amour
Toi mon Amour pour toujours
Toi ma Mémé qui tant a su m’aimer

© Antoine ( Tony ) Cappelleri

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s